Interview de Docktober X, porn boy sur Twitter

porn boy twitter docktober x

Bonjour, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Docktober X et je suis porn boy sur twitter

Comment t’es venu l’envie de t’exhiber sur Twitter ? Quelles sont tes motivations ?
J’adore le sexe et l’exhib, le porno bien sûr et je suis plutôt à l’aise avec mon corps aujourd’hui ce qui n’a pas toujours été le cas. Je crois que ça correspondait vraiment à un moment de ma vie où je me suis dit “Et merde, si je le fais pas maintenant je le ferai jamais, j’ai envie de le faire alors je le fais”. Je sais que ce n’est pas très commun mais le porno c’est une forme d’affirmation et d’expression qui me va bien.

Que montres-tu sur ton compte ?
J’ai pas trop de limite ou de tabou ! C’est paradoxal, mais le fait que tout soit public aide aussi à être assez libre du fond et de la forme. Du coup il y a évidement beaucoup de solos (photo ou vidéo), des nudes, des scènes où je suce, je me fais enculer, de l’uro, des pieds, des performances aussi avec du cocksounding, des cages de chasteté et de la dilatation anale.

DocktoberX est un personnage de fiction qui s’inspire de ma vie, et quelques fois je m’inspire de DocktoberX :). En revanche, une des choses à laquelle je tiens c’est que tout ce qui est sur le compte est vrai, pas de trucage, pas de montage trop avantageux et pas d’injection pour bander. Quand j’ai pas envie, je fais pas et puis c’est tout !

Te rappelles-tu de la première fois ou tu as posté du contenu ?
C’était il y a longtemps et pas sur Twitter. J’avais 19 ans et j’avais mis 4 photos (sans ma tête) sur un site de partage de photos pornos amateurs. Le lendemain à la fac j’étais persuadé que tout le monde m’avait reconnu (J’étais un peu arrogant sur ce coup là).

Quelques moi plus tard, j’ai posté d’autres photos, avec mon visage cette fois-ci sur un site qui n’existe plus. Le webmaster m’avait alors proposé d’être en page d’accueil, j’avais accepté, incapable de résister à la flatterie. Et puis après plus rien, jusqu’à ce que je crée DocktoberX en Octobre 2018. Le premier tweet a eu 4 likes mais le compte était lancé, la suite tu la connais.

Qu’as-tu ressenti ?
Ça a été assez libérateur. Gagner en liberté, voila ce que j’ai ressenti. Plus on est libre, moins on est fragile plus on est invincible.

Pourquoi avoir continué ?
C’est difficile de refuser la liberté.

Comment as-tu pris la décision de rendre ton compte Twitter public ?
Je pourrais trouver milles raisons, en réalité je crois que j’ai toujours voulu qu’il soit public. Le compte privé était une étape dans le cheminement, je crois que je n’étais pas encore tout à fait prêt. Il fallait ça pour commencer, et puis quelques mois après j’étais à l’aise, le retours étaient plutôt bons alors j’ai tout passé en public.

Est-ce que tes amis ou ta famille sont au courant ?
La famille non, ou peut-être mais je n’en ai jamais parlé avec eux. Mon copain est bien sûr au courant. Nous avons la chance d’avoir construit un couple libre au sens premier du terme et ça c’est inestimable, toujours la liberté. Concernant les ami.e.s la plupart sont au courant, ils nous arrivent même d’en discuter. Tout cela est assez festif en fait, je prends tout ça avec beaucoup de second degré.

C’est une fantaisie d’adulte, c’est une drôlerie, une farce sexuelle appelons cela comme on veut mais tout ça c’est pour s’amuser, c’est pour faire sourire pour donner du plaisir et puis pour émanciper aussi. C’est fort de montrer et de revendiquer cette intimité alors que la norme sociale nous impose encore de la cacher. Les homos sont tolérables, leur sexualité est toujours dans le placard. Alors je me dit que si mes galipettes peuvent être d’une quelconque utilité pour que des garçons, jeunes ou moins jeunes, y voit un petit point de lumière dans une vie quelque fois bien triste alors je n’ai que de la fierté à avoir.

Comment le gères-tu ?
As-tu peur que ce compte puisse te créer des problèmes professionnels ou personnels ?
Je m’en contrefous mais alors d’une force… Il n’y a rien d’illégal, je ne porte préjudice à personne. Je refuse de mener un combat moral.

Pourquoi s’exhiber sur Twitter ? Quelles sont tes motivations ?
Pourquoi aimes-tu faire du porno ?

De mon point de vue, le porno c’est avant tout un mode d’expression artistique. D’une certaine façon le porno gay prend le contrepied de certains des travers du porno hétéro parce que dans ce dernier cas la sexualité est acceptée et que s’il demeure quelques tabous, la sexualité en elle-même ne l’est pas.

Dans le cas du sexe gay, mais cela s’applique en des termes similaire au sexe lesbien, bi ou trans, il y a un tabou d’ensemble, des questionnement salaces, une curiosité très déplacée, qui s’exprime d’ailleurs sans entrave. Face à ce rejet, le fait d’être filmé ou photographié dans des postures que le la morale habituelle réprouve, c’est un coup de poing dans un édifice social qui nous rejette puisqu’il rejette la façon dont nous baisons et dont nous jouissons.

Bien sûr le porno gay n’est pas un monde tout rose mais je crois qu’il y a de la place pour du porno plus revendicatif et tout aussi excitant. J’accorde aussi beaucoup d’importance au fait de mettre en avant une diversité de corps et de pratiques.

As-tu déjà collaboré avec un autre homme pour une exhib gay commune sur Twitter ?
Oui plusieurs même, je dois dire que les garçons du Twitter Porn sont vraiment gentils. On a fait des vidéos ensemble, on est en contact, c’est vraiment une bonne ambiance. Il y a beaucoup de respect entre nous je trouve.

Comment décides-tu du thème de tes photos ?
C’est au feeling du moment. Il y a beaucoup de nudes de salle de bain ou de canapé c’est assez classique mais ça a l’air de plaire, après quand il y a des occasions je fais des trucs un peu plus originaux comme des exhibs en extérieur ou de l’uro. Il y a quelques temps un ami avec qui j’ai déjà fait une scène a lancé un jeu thématique avec une nude par jour avec le thème du jour correspondant. Je fais rarement de photos vraiment posées.

Suis-tu une ligne éditoriale ?
Je dirai que le message général c’est vraiment profitez et amusez-vous.

Est-ce que tu exhibes surtout des parties de ton corps qui te valent des compliments ou prends-tu des photos au feeling ?
Que l’on soit clairs : le corps ne plait jamais totalement, ni à son propriétaire, ni à celui ou celle qui regarde. Si je devais attendre l’avis des gens je finirai sans doute dépressif… (et je parle même pas de mon avis sur moi-même). Ça fonctionne à l’envers, comme artiste je fais un proposition qui s’appuie sur l’exposition publique de mon corps et de ma sexualité. Ceux à qui ça plait, ceux qui s’y retrouvent, tant mieux ! Les autres, je m’en moque.

N’as-tu pas parfois l’impression de tourner en rond ? Comment fais-tu pour conserver ta passion intacte ?
C’est le risque et pour être honnête il y a plein de fois où je poste rien pendant une semaine en me disant “Tu vas encore leur montrer la même photo”. En général ces moments de pause sont l’occasion de réfléchir, d’avoir de nouvelles idées, d’oser de nouveaux trucs, et puis aussi de discuter avec mes followers, de me concentrer aussi sur ma sexualité non publique, avec ou sans mon copain.

Suis-tu tes statistiques ?
Évidement ! Je vais pas jouer le modeste. J’ai un peu plus de 4000 followers aujourd’hui, quand j’ai commencé je me disais que 400 ce serait déjà bien. En moyenne mes contenus atteignent environ 140 000 personnes chaque semaines sur Twitter. Donc c’est merveilleux et inespéré.

Est-ce que tu as déjà des fans ?
Quelques uns peut-être, je parlerais plutôt de followers fidèles dont certains sont là depuis le tout début. C’est très encourageant de savoir ça. Fan, il y a un côté groupie qui me déplaît.

Que penses-tu des sites comme onlyfans ?
Ma pratique du porno ne vise pas l’argent donc OF j’en pense pas grand chose. Je sais qu’il y a pas mal de gars qui ont des comptes dessus et pour certains ça marche bien. Le seul truc qui m’interpelle c’est de savoir quel est le degré de contrainte, financière notamment, qui pousse ces garçons à vendre des photos ou des vidéos.

C’est une forme de travail sexuel qui n’offre aucune protection ni aucune sécurité, contrairement aux acteurs porno qui ont un statut. Pour la bouffe il y a les app de livraison à domicile pour le porno il y a OnlyFan, mais dans les deux cas il y a une forme de précarité.

As-tu déjà fait des rencontres gays ou des plans gays grâce à ce compte ?
Oui évidement ! Je dis évidement parce que être porno boy c’est aussi générer un peu de fantasme. Je reçois pas mal de demandes de garçons qui veulent me baiser, d’autres aussi qui veulent que je les baise mais ils ont zappé le fait que j’étais exclusivement passif (rire). J’en vois quelques-uns une ou plusieurs fois. Souvent je leur demande s’ils acceptent que je filme ou que je photographie et… ça diminue beaucoup le nombre de prétendants !

Est-ce que tu as déjà été reconnu ? Ou un mec est-il venu te voir pour te dire qu’il adore ce que tu fais, que tu l’excites beaucoup ?
Quelques fois des mecs m’ont reconnu mais sont venus me le dire en message privé après. Je serai ravi que quelqu’un m’arrête dans la rue et me dise “Eh c’est toi DocktoberX, j’ai adoré ta dernière photo”.

Es-tu déjà tombé sur des personnes qui t’ont menacé sur Twitter ou dans la rue parce qu’ils t’ont reconnu ?
Jamais. Après il y a toujours quelques cons frustrés qui parce que tu ne répond pas à leur 30 messages par jour se vexent mais je regarde ça d’assez loin.

Comment gèrerais-tu ce genre de situation ?
Je n’hésiterai pas à déposer plainte si cela arrivait.

Tu irais porter plainte comme pornstar ?
Ben oui ! Et pourquoi pas ? Quel que soit le statut tu n’as pas à être menacé ou agressé. Il y a un minimum de respect et de distance à avoir même quand tu fais du porno. Je suis pas un paillasson pour frustré.

Est-ce que tu achètes des accessoires, des sous-vêtements, des objets spécialement pour tes exhibs ?
J’ai acheté deux ou trois trucs en me disant : “Tiens ça fera une photo sympa” ou pour tester, mais rien directement pour le compte. En fait avec ses mains, ses pieds, sa pisse, sa bouche, sa bite, son cul et du sperme on fait déjà pas mal de trucs :).

Qu’utilises-tu comme matériel pour ta prise de vue ?
La prise de vue c’est principalement avec mon téléphone : c’est pratique, je l’ai tout le temps avec moi et la qualité est correcte. Il y a quelques vidéos tournées avec du matériel pro mais en général c’est bien moins pratique et ça nécessite plus de temps pour installer, filmer ou photographier etc.

As-tu jamais eu envie de faire participer ton mec ou est-ce ton jardin secret ?
Je préfère séparer, après si un jour il veut se joindre à moi ce sera avec plaisir évidement.

Comment vois-tu le futur de ton compte exhib sur Twitter ? Souhaites-tu explorer de nouveaux domaines dans l’exhibition ?
Pour l’instant je m’amuse bien, c’est enrichissant et tout se passe bien donc pour le futur j’ai bien envie de continuer sur la même lancée. J’espère que le nombre de followers va continuer à grimper. J’ai quelques projets de tournage plus “pro” mais toujours en amateur. J’aimerais aussi collaborer avec des photographes ou réalisateurs qui abordent le sexe de façon plus artistique et revendicative. Comme je le disais plus haut, pour moi le porno c’est aussi un espace revendicatif.

Cherches-tu des partenaires pour prendre des photos à plusieurs ?
Pas spécialement mais les candidatures sont ouvertes 🙂

Merci à DocktoberX pour son interview et son franc parlé !

Envie d’être interviewé vous aussi ? Vous sortez joyeusement des normes et vous le revendiquez ? Laissez un message dans les commentaires !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.